Vin

Top des vins du Liban

Pour juger de la qualité d’un vin comme le vin libanais, il est important de connaitre son origine. Ce n’est pas pour rien que les vins sont nommés à partir du domaine où il a été fabrique. Trois grands vins se démarquent du lot des vins libanais en fonction des domaines comme Kefraya, Ksara et Saint-Thomas.

Le domaine Kefraya dispose de 160 hectares qui sont la propriété de Michel de Bustros depuis 25 ans. Le Château Kefraya n’est pas seulement une référence du vin libanais, les crus de ce château sont reconnus au niveau international. Outre la fabrication de vin de qualité, le domaine est également producteur de raisons à destination des autres domaines du pays. Le commerce de vin ne débute qu’en 1979, même si le domaine a déjà été construit depuis des lustres. Le projet ne prend vie que par un énorme investissement visant la construction de plusieurs infrastructures comme la cave ainsi que le terrassement du terrain. Afin de mettre toutes les chances de son côté Michel de Bustros s’est entouré de la crème de techniciens comme Gabriel Rivero à la gestion des vignobles. Kefraya produit des vins libanais en tous genres comme les Bretèches, la Rosée ou la Dame Blanche. Parmi les plus remarqués se trouve la grande cuvée Comte de M de 1996, il s’agit d’un assemblage d’un cabernet sauvignon et d’une syrah. La fourchette de prix du château Kefraya va dans les 20 à 40 euros.

Le domaine de Ksara est l’un des plus vieux domaines de vin du Liban toujours actif de nos jours. Propriété des jésuites depuis sa création en 1857, le Vatican décide de s’en défaire en la vendant en 1973. Le peuple libanais en prend le contrôle et reprend les reines avec Adnan Kassar qui est le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Liban. Il est appuyé par la famille Sayegh, Khalil Sara et les Chaoui. Ses nouveaux propriétaires décident de remettre au gout de jour la production en faisant appel à des spécialistes d’outremer comme James Palgé, un œnologue français qui a fait ses armes sur un cru classé de Margaux comme le Château Prieuré-Lichine. A cela s’ajoute la création d’une commanderie des grands vins de Bordeaux au Liban, participant au rayonnement du pays dans le domaine viticole.

Ce renouveau du Ksara s’accompagne d’un investissement onéreux estimé à un million d’euros sur une décennie. Le résultat de cet investissement est une production évaluée à 2 millions de bouteilles à partir de 300 hectares de vignobles libanais. Exportant 20 % de la production en France, le prix d’un vin Ksara est estimé entre 20 à 40 euros la bouteille.

Le Clos Saint-Thomas est la propriété de la famille Touma qui a commencé l’exploitation de la plaine de la Bekaa en 90. Said Touma de la famille Touma s’est approprié de 50 hectares de vignes sur lesquels il produit des encépagements de différents types. Il privilégie autant les vins blancs que les vins rouges comme : le Chardonnay, le Bordelais, le Rhodanien, le Sauvignon. C’est en 98 que le domaine inaugure le premier millésime en bouteilles. Pour l’aide, Said Touma est épaulé par Labib Kallas, une œnologue libanaise reconnue formée à Montpellier. De cette association en ressort un vin de qualité vieillit dans des caves souterraines à flanc de colline. Les vignes produisent par an 400 000 bouteilles qui sont vendues sur le marché à un prix abordant allant dans les 20 euros ou moins.

D’autres personnalités libanaises sont à découvrir telle que Maher Harb ou Farid Abdelnour.

Mises à jour par courriel gratuites
Obtenez le contenu le plus récent en premier.
Nous respectons votre vie privée.