bottles

Que savoir d’une bière Sour ou bière acide ?

Les bières acides encore appelées bières sour sont une catégorie de bières qui séduit de plus en plus de consommateurs de bières. Son acidité à la place de l’amertume habituelle d’une bière normale, fait sa principale particularité. C’est une bière qui possède plusieurs variantes et spécificités, et il serait intéressant d’en savoir plus pour mieux l’apprécier. Découvrez donc dans cet article l’essentiel à savoir à propos de la bière sour.

Origine de la bière sour ou bière acide

La bière Sour, encore appelée bière acide, trouve ses origines en Allemagne et en Belgique. Elle est obtenue par des procédés de fermentation particuliers, mettant en jeu divers types d’ingrédients.

A lire également : Pourquoi la bière fait grossir le ventre ?

La première manière de l’obtenir est le principe de la fermentation par les bactéries lactiques. Il s’agit en effet de l’ajout des lactobacillus à la bière, pour provoquer ainsi la fermentation. L’action de ces bactéries produit de l’acide lactique, responsable de l’acidité dans votre moût.

Un autre procédé est l’utilisation de levures sauvages pour réaliser la fermentation. Ces types de levures sont appelés les Brettamonyces et leur action crée de l’acidité. On peut également mélanger la bière avec des fruits tels que la framboise, la cerise ou le fruit de la passion, ou encore avec des agrumes. Ces fruits ayant un goût acide apportent leur acidité à la bière.

A lire en complément : La bière, meilleure que le vin ?

Nous avons également le procédé de vieillissement dans les fûts, qui utilise le principe de la fermentation spontanée sans intervention humaine donc. Les fûts selon qu’ils contiennent des bactéries, représentent un milieu de prolifération de ces bactéries, qui vont fermenter la bière et lui apporter l’acidité souhaitée.

Les différentes variantes de bière acide

Au nombre des variantes de bière acide, nous distinguons la Berliner Weisse, laquelle est une bière d’origine allemande fabriquée à base de la fermentation via ajout de bactéries lactiques, qui produisent donc de l’acide lactique. Cette bière brassée avec le blé ou l’orge contient une faible teneur en alcool, mais est très aromatique, évidemment acidulée, rafraîchissante et pétillante. Entrez maintenant dans la cour des consommateurs aguerris de cette bière en dégustant la Berliner Weisse produite par la Brasserie 90, dans les Ardennes françaises !

La seconde variante tout aussi populaire de bière sour est le lambic. Ici, la fermentation a lieu naturellement sans intervention humaine. En effet, la bière est mise dans des fûts pendant 9 mois voire des années, et laissée ainsi à la fermentation par les bactéries lactiques contenues à l’état libre dans le fût. Il s’agit donc d’un procédé de vieillissement en fût. La bière qui en ressort n’est pas pétillante, mais révèle toute l’acidité de la bière sour.

Nous pouvons également mentionner la Gueuze, laquelle est un dérivé du Lambic. La Gueuze est issue du mélange de lambics de différents âges. L’objectif est d’avoir une bière pétillante et acide, donc équilibrée et contrôlée, tout en utilisant le procédé de vieillissement en fût. Ainsi, le lambic le plus âgé est responsable du goût acide, tandis que le lambic le plus jeune toujours pétillant apporte sa pétillance.

Évidemment, nos distinguons d’autres sous-variantes issues de processus de fermentation mixte intégrant des végétaux (fruits, graines, etc.) et autres. On peut citer le Gose, le Kriek et le faro, par exemple.