Comment embouteiller de la bière ?

Embouteillage de votre bière « maison » :

le processus d’embouteillage

A voir aussi : Quels sont les bienfaits de la farine d'épeautre ?

Il est temps de mettre en bouteille votre bière : la fermentation secondaire s’est bien déroulée et vous êtes impatient de libérer votre cuve pour le prochain brasseur. Dans l’article suivant, je vous donnerai les informations principales pour effectuer cette tâche

Préparez-vous pour une mise en bouteille rapide et facile

A découvrir également : Les différentes bières bretonnes

De quel équipement avez-vous besoin pour mettre en bouteille votre bière ? Tout d’abord, vous aurez besoin d’un désinfectant, d’une tour de séchage pour bouteilles, des bouteilles, d’une balance électronique, d’une poudre de dextrose, de capsules et d’une capsuleuse.

Avec tout cela, tout devrait se passer comme sur des roulettes.

Mais, bien que votre bière « semble » parfaite, un petit contrôle de densité est nécessaire avant de se lancer dans une grande aventure d’embouteillages. Cette étape est primordiale, car une densité trop élevée pourrait faire exploser les bouteilles. Bon, d’accord, c’est dans le pire des cas, mais ça pourrait au moins mettre tellement de pression à l’intérieur de vos bouteilles qu’au moment de dégustation, toute la boisson précieuse sortira de la bouteille. C’est une expérience que vous ne voulez certainement pas vivre.

Densité idéale = 1010 ou moins

Densité > 1013 = DANGER (attendez 4 à 5 jours puis remesurez)

(Remarque : parfois, la densité finale est supérieure à 1013. Je vais le décrire dans le chapitre sur la densité, comment être sûr que l’on peut mettre en bouteille votre bière à une densité supérieure à 1013)

Densité autour de 1010 : mise en bouteille possible

Si la densité est bonne, avant de commencer, prenez le temps de tout désinfecter et… c’est parti !

Ah non, c’est vrai, je dois vous parler d’une expérience vécue très frustrante : le manque de bouteilles ! Assurez-vous d’avoir suffisamment de bouteilles. Oui, je sais, cela semble un peu ridicule, mais parfois, on calcule un peu vite et ici, on se retrouve comme… Bref, comptez et recomptez pour être sûr d’avoir un nombre de bouteilles suffisant.

Maintenant, tout va bien, on peut y aller.

Embouteillage de bière, étape par étape.

1.Tout d’abord, il est nécessaire de faire couler le bain, puis d’ajouter le désinfectant (voir le mode d’emploi pour la posologie). Il se peut que ça sent un peu de chlore, c’est tout à fait normal. Ensuite, nous trempons les bouteilles et les bouchons, en même temps dans le bain, remplissons bien toutes les bouteilles, couvrons tout et laissons tremper pendant la durée indiquée sur l’étiquette du produit désinfectant. Souvent, 10 minutes suffisent, parfois moins, mais parfois c’est un peu plus long. N’oublions pas que c’est toujours mieux que pas suffisant.

Mais, ne pensez pas que vous allez le couler doucement pendant ce temps ! Non, non, non, il faut préparer la bière avant de la mettre en bouteille.

2.Pour cela, faites bouillir une tasse d’eau ( – 250 ml). Pendant que l’eau se prépare à bouillir, mesurez votre dextrose. C’est là que la balance électronique est très utile.

Entre 6 et 10 grammes de dextrose par litre de bière

3.Incorporez ensuite le dextrose dans l’eau pour obtenir une sorte de sirop, puis le sirop dans la bière.

Attention !

Une trop grande quantité de sucre va aussi entraîner trop de pression et de risque de bouteilles explosives !

Il n’est pas nécessaire de mettre plus de sucre sous prétexte qu’il augmentera les niveaux d’alcool.

4.Parallèlement, mettez les bouteilles à sécher sur la tour. Personnellement, je retire toujours certains d’entre eux qui ne me semblent pas très clairs (donc très certainement, maintenant que j’en parle, mon problème de comptage mentionné ci-dessus. Je vais devoir y réfléchir la prochaine fois !) , mais c’est à tout le monde de le voir. Le temps de séchage est d’environ 30 minutes mais s’adapte bien sûr en fonction de votre expérience.

Avant d’embouteiller la bière : séchez les bouteilles

4.Transférer le fût de fermentation à un autre afin d’éliminer le dépôt au fond. Les sédiments ne sont pas très bons et Je ne mérite pas de finir dans vos bouteilles.

Transférer la bière dans un autre fût de fermentation pour éviter les dépôts.

Après avoir transféré la bière, elle reste un sédiment au fond de la TVA. Il y a en outre des copeaux de chêne utilisés lors de la fermentation secondaire pour le goût.

6.Ensuite, les choses sérieuses commencent. Terminé la préparation, nous entrons au cœur de l’action.

La phase de remplissage elle-même commence (bien que « proprement » ne soit pas vraiment un terme approprié. Avec expérience, j’ai pour ma part maintenant chaque fois qu’une lessive sur le sol est plus prudente en cas de débordements qui, dans mon cas, sont encore fréquents). Nous mettons donc la cuve de fermentation un peu en hauteur. Ensuite, tadam, on remplit les bouteilles. C’est un peu accablant (même si nous ne buvons pas une seule goutte), car nous arrivons enfin à la fin des opérations et le moment de la dégustation approche (bien que… nous en reparlerons en quelques lignes… mais disons pour l’instant que « la patience est une vertu », n’est-ce pas ?) Cela dit, il faut rester bien concentré pour perdre le moins possible de ce précieux nectar !

Les embouteillages proprement dits.

6 — Ensuite, mettez les capsules à l’aide de la capsuleuse et nettoyez tout et rangez tout… pour la prochaine fois !

Mélange de bouteilles déjà capsulées et d’autres bouteilles à capsuler.

Fermer le flacon à l’aide de la capsuleuse.

Alors… Ttttt, non, non, non, pas tout de suite. Reposez cette bouteille et votre décapsuleur. Un délai d’au moins trois semaines doit être observé pour que la bière finisse correctement sa fermentation. Sans cette phase de fermentation en bouteille, pas de pétillant. La fermentation tertiaire en bouteille permet d’ajouter du dioxyde de carbone dans la bière à l’intérieur de la bouteille. Sous l’effet de la pression, il s’incorporera dans la bière et donnera le pétillant. C’est pourquoi vous ne devriez pas mettre trop de sucre, car plus il y aura de sucre, plus il y aura de dioxyde de carbone et plus il y aura de pression.

Oui, la première fois, c’est vrai, il est difficile d’attendre toutes ces semaines, je suis d’accord. Mais ensuite, vous continuez à boire les bouteilles du lot précédent pendant ce temps et un rouleau est fait pour qu’il y ait toujours des bouteilles prêtes à être consommées.

Allez, un peu plus de patience, seulement trois petites semaines (cela étant dit, si vous tenez encore une semaine, ce ne sera que mieux…).

Courage et hâte de vous rencontrer pour d’autres articles.

Laissez-moi un commentaire ! J’aimerais savoir si vous avez des anecdotes, des trucs, des astuces,… sur la mise en bouteille de vos bières. Ou peut-il être des questions ? N’hésitez pas, c’est juste en dessous.

Show Buttons
Hide Buttons